Le cadre à temps partagé : Un nouveau modèle d’organisation plébiscité

Ni intérimaire, ni consultant free lance, le cadre externalisé à temps partagé, offre un nouveau modèle en plein essor actuellement par la pertinence et la flexibilité qu’il propose. Autrefois adopté par les petites entreprises faute de moyens pour embaucher des cadres, cette solution est désormais adoptée par de plus grandes entreprises et même de grands groupes en Europe. Pour faire le tour la question nous avons échangé avec Bruno Doron, Président et fondateur du réseau «Bras Droit Des Dirigeants» (BDDD), pionnier en la matière.

Quels sont les défis pour les entreprises en matière de recrutement de cadres ?

Aujourd’hui, les entreprises manquent de visibilité de l’évolution de leur marché, elles recherchent par tous les moyens à être plus flexibles afin de sécuriser leur avenir. Le cadre expérimenté en temps partagé s’impose comme la solution agile et 100 % adaptable aux circonstances. Dans un contexte incertain et fluctuant, le cadre externalisé vient soutenir les dirigeants dans la gestion et la sécurisation de leur entreprise. Il apparait aussi comme la réponse pour redynamiser les entreprises et favoriser la création d’emplois dans un marché difficile pour les cadres seniors. Il faut se rappeler que traditionnellement, dans une TPE, le seul cadre en place est le dirigeant, expert dans son métier, certes, mais nécessitant des ressources externes en DRH, développement commercial ou gestion pour assurer son développement. Pour ce type de TPE ou PME, la seule possibilité de recruter un cadre est le temps partagé avec ses avantages: un contrat de prestations de services externe sur une mission calibrée selon les besoins, un coût maîtrisé, le tout dans le cadre d’un contrat de prestation souple.

Quelles sont les évolutions que vous observez sur votre marché ?

On observe clairement l’arrivée de nouveaux entrants sur le marché.Depuis deux ans, cette approche se développe au delà des petitesentreprises. Elle va intéresser les PME de plus de 100 salariés pourlesquels le recrutement de cadres salariés devient plus risqué. Avec uncadre externalisé, à temps partagé, le dirigeant peut choisir de mettre en veille voire stopper la mission beaucoup plus simplement, et sans risquesocial ou financier.Pour le coût d’un salarié cadre à temps plein, le dirigeant peut intégrer 1,2 ou 3 cadres à temps partagé, ce qui permet de couvrir plus d’expertisesmétier et donc accélérer le développement de l’entreprise en intégrantdes compétences nouvelles.Cette forme d’organisation est une réponse qui s’avère optimale dans lecontexte actuel car il est important de solidifier les équipes cadres, pourgérer la relance, maîtriser la transformation des structures, poursuivre ledéveloppement. Dans ce contexte, les besoins d’expertises cadres sontpermanents, mais évolutifs. On observe également depuis 1 an dans les ETI et les Groupes, en quêted’hyper agilité, la volonté d’intégrer un cadre en temps partagé sur untemps long qui peut être de 1 à 2 ans. Le contexte sanitaire a été un accélérateur pour nous, car les entreprisesdoivent rester dynamiques et performantes malgré tout. D’autre part, tousces phénomènes tendent à restructurer le marché de l’emploi pour lescadres seniors qui trouvent avec nous tous les outils et l’appui pour bienvendre leurs expertises.

Quelle est votre place sur ce marché ?

Il y a 12 ans, j’ai compris que le conseil seul n’était pas suffisant pourrépondre aux besoins des entreprises. Les consultants proposent undiagnostic, des recommandations, un accompagnement … en un mot ilsexpliquent comment faire, sans le mettre en œuvre. Avec «Bras Droit DesDirigeants», le nom parle de lui-même, on est dans l’opérationnel, lecadre en temps partagé exerce son métier comme un cadre intégré etapporte des résultats à court terme. C’est là toute la différence. C’est ceconcept innovant que nous avons mis en place et développé avec lacréation d’une marque, sous forme de franchise d’abord à Toulouse et sarégion, puis sur toute la France avec une déclinaison en Espagne, carnotre modèle est duplicable. Nous restons à taille humaine avec uneéquipe de 10 salariés et compterons 120 cadres (fin 2021) travaillant sousla marque BDDD (Bras Droit Des Dirigeants) dans des missions deDirection(commerciale, RH, Administrative et Financière, MarketingDigital, Direction Générale, Développement et Animation de réseaux defranchise).

Quelle est votre actualité ?

L’actualité met naturellement notre solution en avant et nous comptons jouer le premier rôle. Nous avons investi cette année dans des outils, une campagne de communication et une structure pour nous développer à l’échelle européenne. Notre modèle marche pour les entreprises, comme pour les franchisés BDDD: 85 % de nos franchisés renouvellent leur contrat et s’assurent un bon niveau de CA sur la durée. Nos investissements comprennent une campagne de communication nationale sur 9 semaines (spots publicitaires, réseaux sociaux), des outils de prospection et un package de savoir-faire. Nous souhaitons poursuivre cette croissance pour devenir leader en France sur ce marché. L’enjeu de l’externalisation des cadres dépasse les frontières de la France. Déjà présent en Espagne depuis 2018, nous souhaitons donc poursuivre notre développement à l’international.