DG externalisé ?

Une des caractéristiques d’un dirigeant de TPE/PME est qu’il est seul pour piloter son entreprise et prendre les décisions au quotidien pour faire avancer celle-ci. Lorsqu’on parle de la solitude du dirigeant, ce dernier la vit au quotidien avec toutes les conséquences que cela peut engendrer tant pour son entreprise que pour lui-même. L’étude réalisée par Bpifrance le Lab « vaincre les solitudes du dirigeant » nous explique que « l’intensité de ce sentiment de solitude diffère peu selon la taille de l’entreprise, mais la nature de cette solitude, elle si ».

Cette même étude montre que :

– 3 dirigeants sur 4 aspirent à être plus et mieux entourés,

– Pour 86% des dirigeants de TPE PME, la difficulté à recruter pour bien s’entourer est une des causes de ce sentiment de solitude.

Ajoutons à cela que dans une grande majorité des cas l’entreprise n’a pas la nécessité d’avoir un cadre un temps plein ou les moyens de se payer un cadre à temps plein pour apporter les compétences qui manquent dans l’entreprise et prendre en charge une partie des missions nécessaires au développement de cette dernière. Donc le dirigeant reste seul avec ses problèmes et alimente ce sentiment de solitude.

Pourtant cette même étude montre très clairement que pour 39% des dirigeants, être accompagné par une personne extérieure à l’entreprise serait un moyen de rompre ce sentiment de solitude.

Un DG à temps à temps partagé est une réponse à ce sentiment de solitude du dirigeant.

Ce DG à temps partagé est un cadre expérimenté, avec des expertises dans certains domaines qu’il va mettre au service de l’entreprise, dans des missions opérationnelles pour faire réussir l’entreprise. Son expérience de DG, ou même de chef d’entreprise, le rend opérationnel très rapidement pour prendre en charge ces missions, sous l’autorité du dirigeant. Il n’est pas là pour prendre la place du dirigeant, mais pour lui apporter les compétences qui manqueraient à l’entreprise, soulager le dirigeant qui peut ainsi se consacrer à d’autres tâches qu’il avait eu tendance à délaisser.

Comme ce DG intervient à temps partagé, c’est-à-dire le « juste temps » pour assurer les missions qui lui sont confiées, entre 1 et 2 jours par semaine en général, le frein du coût d’un cadre à temps plein disparaît. Ce cadre connaît la vie d’un dirigeant et par là même ses préoccupations. Il est un excellent moyen de sortir le dirigeant de sa solitude.

Les solutions existent donc. En fait comme le dit très justement l’étude Bpifrance Le Lab « rompre la solitude c’est avant tout une volonté : la non solitude est une quête ». il faut donc le vouloir et sans doute parfois mettre son ego de côté pour le bien de son entreprise.

Cette article vous est proposé par

Renaud de Riedmatten - Directeur du réseau Gouvernance

Visitez le profil